Il était une fois la Liberté, ou l’histoire de comment la culture se retrouvée au milieu d’une dispute sociale

 


Il était une fois la Liberté. 

Elle venait au paquet avec des gens respectueux des règles, conscients de leur rôle dans leur tribu, soucieux des autres. Ces gens-là avaient des dirigeants humbles qui mettaient le bien de leur peuple avant des considérations purement économiques, des dirigeants qui prenaient le temps de bien analyser toutes les facettes d’une situation avant de prendre des décision ayant un impact sur des millions de vies.


Il était une fois la Liberté.

Dans un monde où les gens avaient accès à la culture, sans contraintes, sans limites. Les dirigeants de ce monde-là avaient compris que seule la culture et l’éducation permet aux gens d’avancer, de mieux comprendre leur environnement pour mieux s’y adapter. 


Il était une fois la Liberté. 

Masqué. Rentrée chez elle le soir avant 21h00, blottie dans son lit avec un bon livre acheté dans une libraire ou dans une grande surface, peu importe. Mais libre. Dans un monde qui a du sens.


Il était une fois la Liberté. 

Et une dernière randonnée au Mont Gargan.


Et sinon, madame ministre de la Culture, on est tous bien d’accord que le patron d’Amazon est en train de se frotter les mains et les pieds suite à vos décisions de ce week-end ?


C'était l'instant (pas) poésie de lundi matin. Cette fois-ci, j'ai bien bu mon café et oui, je suis en colère.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'homme qui voyait a travers les visages

You jump, I jump, Jack

Les mots